Retour sur la conférence de presse

 
 Plus d’équipes de l’extérieur au Tournoi bantam de Granby
On ne change pas une recette gagnante, estime le président du Tournoi international de hockey bantam de Granby, Normand Côté. La 49e mouture du rendez-vous sportif attirera plus d’équipes de l’extérieur du Québec que jamais. Pour les organisateurs, c’est signe que la formule fonctionne.
 

« Nous avons fait une bonne percée dans les Maritimes, maintenant nous avons cinq provinces canadiennes de représentées. Le tournoi commence à prendre davantage d’ampleur dans l’Est », souligne M. Côté.

Les provinces maritimes seront représentées par des équipes AAA provenant d’Edmundston, de Dieppe et de Moncton (Nouveau-Brunswick), de Newbridge (Nouvelle-Écosse) et de Charlottetown (Île-du-Prince-Édouard).

Deux équipes américaines feront également la route jusqu’à Granby : les Black Knights de Palmyra, en Pennsylvanie, et les Jr Thunderbirds de Springfield, au Massachusetts, dans la classe AA.

Par ailleurs, les Suissesses de la Ladies Swiss Team seront en action dans le AA féminin. La ville de Brive en France sera représentée dans la catégorie A, tout comme le Mexique puisque les joueurs du Ice Dome seront de retour cette année.

« On aura peut-être une bannière (de champions ou finalistes) qui partira de Granby vers le Mexique... », glisse d’ailleurs Normand Côté.

Au total, le 49e Tournoi international de hockey bantam de Granby (THIBG) réunira 111 équipes, qui disputeront 215 parties.

Rayonnement international

Derrière ces succès, explique M. Côté, il y a l’accueil granbyen, mais également un passionné qui joue un rôle crucial dans le rayonnement international du tournoi.

« Ça fait cinq ans que je travaille avec Martin Bouliane, mais une dizaine d’années qu’on discute ensemble. Martin nous a beaucoup conseillés dans le virage international que nous avons pris », explique le président du tournoi.

Originaire d’Amqui dans le Bas-Saint-Laurent, Bouliane est connu à Granby pour avoir porté le numéro 4 avec les Bisons, au niveau junior majeur, de 1982 à 1985. Lors de sa dernière saison à Granby, il a cumulé 134 points en 70 matchs et a notamment partagé la glace avec Stéphane Richer et Patrick Roy.

Depuis une trentaine d’années, il œuvre pour différentes organisations de hockey en France, tout en représentant certains événements québécois, comme le Tournoi international de hockey pee-wee de Québec.

« Grâce à Martin, nous avons accueilli des joueurs de différents pays : la France, l’Italie, la Suisse, l’Autriche et la Belgique », explique Pierre Croteau, qui assurait l’animation lors de la conférence de presse de mardi soir.

Vers le 50e

Si les organisateurs du THIBG n’ont pas annoncé de grosses nouveautés cette année, c’est que l’événement est déjà en mode préparation pour les célébrations marquant son 50e anniversaire. « Les nouveautés, on les garde pour l’année prochaine [...] On a commencé à lancer des idées, mais une des choses les plus importantes en ce moment, c’est que tous les bénévoles qui sont présents cette année seront de retour l’année prochaine », soutient Normand Côté.

Ce dernier ne souhaite toutefois pas s’avancer sur la forme que prendront les célébrations. Il reconnaît toutefois que le tournoi fera « probablement un effort supplémentaire » pour intégrer des équipes provenant du hockey scolaire.

En attendant les célébrations du 50e, la mouture actuelle du tournoi se déroulera du 13 au 24 février prochain.

M. Côté invite d’ailleurs les amateurs à la mise en jeu officielle à 19 h 35 le 13 février, tout juste avant la rencontre entre les Vics de Yamaska/Missisquoi et les Élites de Beauce-Appalaches dans la classe AAA relève.

Jean Patenaude touché en plein cœur

« Je suis très touché. Mais il y a tellement de bons bénévoles à Granby qui auraient pu être honorés de cette façon… »
 

Jean Patenaude regardait la séance du conseil municipal de Granby à la télé lundi soir lorsqu’il a été touché en plein cœur : à compter du 24 février, la patinoire principale du centre sportif Léonard-Grondin (ou la glace B, comme on l’appelle) portera son nom.

« Ça fait vraiment chaud au cœur, a-t-il dit lorsque joint par l’auteur de ces lignes. C’est un privilège, un grand privilège, et je l’accepte au nom de tous ceux qui travaillent pour nos jeunes et pour le sport chez nous. Et ils sont très nombreux ! »

La cérémonie aura lieu à 12 h 45, avant la présentation de la finale de la classe AAA du Tournoi international de hockey bantam, Jean Patenaude ayant contribué à la fondation de l’événement au début des années 70. Le moment sera parfait.

« Papa est heureux, mais vous le connaissez, il est modeste, a expliqué son fils Guy, qui regardait la séance du conseil avec lui l’autre soir. Quand il a appris la nouvelle, il a dit : “Pourquoi moi ? ” Mais on sait tous pourquoi c’est lui qui recevra cet honneur. »

La Ville de Granby a décidé d’honorer ses grands ambassadeurs du monde du sport et le nom de Jean Patenaude est sorti très rapidement lorsqu’il a été question de donner un nom à la patinoire principale du centre sportif Léonard-Grondin.

Et on comprend effectivement pourquoi. À 75 ans, Jean Patenaude a servi en tant qu’entraîneur, organisateur et recruteur, principalement au hockey, mais il a aussi servi au baseball, à la balle-molle et même parfois dans le domaine culturel. Il a donné de son temps aux petits hockeyeurs, aux Vics, aux Bisons, aux Prédateurs, à des milliers de jeunes sportifs qui, aujourd’hui, lui disent merci.

Sur Facebook, un groupe a été formé en prévision de l’hommage du 24 février. Les témoignages sont nombreux et bien souvent touchants.

« On parle souvent de l’implication de mon père auprès de l’élite, mais il a encore aidé combien de jeunes lorsqu’il travaillait pour les Loisirs de Granby ? , a demandé son fils. La grande force de papa, c’est qu’il comprenait les jeunes. »

Même si sa santé est chancelante et que les séjours à l’hôpital se sont multipliés au cours des derniers mois, Jean Patenaude demeure un habitué du centre sportif Léonard-Grondin. Et il vous fera encore une analyse détaillée des forces et des faiblesses des Inouk avec plaisir si vous le lui demandez !

« Le bureau de papa, quand il travaillait aux Loisirs, c’était l’aréna. Il travaillait là, il faisait son bénévolat là et il a assisté à des milliers de matchs en tant que spectateur afin d’encourager les jeunes. L’aréna, c’est chez lui. »

En tant que directeur des loisirs et de la culture à la Ville de Saint-Césaire, Guy Patenaude se bat présentement pour doter la municipalité d’un nouvel aréna. S’il y a quelqu’un qui connaît l’importance d’un édifice comme celui-là dans la vie d’une collectivité, c’est bien lui.

« Il y a des vies qui se dessinent à l’aréna », a-t-il ajouté.

Et ça prend des Jean Patenaude pour aider à dessiner ces vies.

 
 

Social

Météo

Weather Icon

Endroit

Température
( à )

Dernières nouvelles

Commanditaires

Empire
St-Hubert
Chocolats Favoris
IGA St-Pierre
La Voix de l'Est
Location Loutec
Prinoth
Vetements SP
Pneux Robert Bernard
Tim Hortons
GoCube
Pneus Concept
Lettrage Dubé
Granby CHrysler
Cantine Chez Ben
Remorquage Boissonneault
Impression Totale
Le Normandin
Granby Photo
Mikes
M105
Groupe Soins Intensifs
Pub St-Ambroise
Pepsi
Transformateurs DELTA
AHJ Granby
Location Pelletier Granby
Casa Grecque
Au Grand Bazar
Sportdle
Frito-Lay
Ville de Granby
Sani Eco
Lassonde
Son X Plus
KIA de Granby
Casa du Spaghetti
Budweiser